Appelez nous : 06 82 08 00 95|philippe.lemaire@lesdecales.com

En bref

Animation d’événement : Votre projet en de bonnes mains

La convention de votre entreprise, la soirée d’inauguration de vos locaux, la remise de trophées annuelle, autant de moments forts qui resteront gravés pour tous vos collaborateurs et clients comme un heureux moment partagé, un jalon dans la vie de la société. Notre spécialité est l’animation burlesque, la création de personnages et de situations comiques qui émailleront votre événement. Nous nous attelons avec vous à la création d’un moment unique, léger, original, joyeux… en un mot : décalé !

  • Nous vous aidons à clarifier vos objectifs.
  • Nous créons de toute pièce concepts et scénarios à partir de vos idées.
  • Nous réunissons une équipe artistique complète : Comédiens, chanteurs, imitateurs, acrobates, musiciens…
  • Nous assurons l’écriture des intermèdes, scènes, sketchs émaillant votre événement.
  • Nous réalisons leur mise en scène.
  • Nous sommes présents à vos côtés depuis la création de l’événement jusqu’à son bon déroulement, dans les moindres détails.

Transformer l’incompétence en compétence

Éric Moussambani en 100 m nage libre aux jeux olympiques de Sydney

Nous sommes le 19 septembre 2000 à Sydney. Les jeux olympiques d’été battent leur plein.
Les trois derniers candidats des séries du 100 mètres nage libre se préparent à monter sur les plots de la piscine de Homebush Bay. La scène, dès le départ, adopte des tournures assez cocasses, puisque cinq des huit lignes d’eau sont inoccupées. Parmi les trois candidats, l’un, d’emblée, se distingue. Si les deux premiers ont revêtu les réglementaires combinaisons et bonnets, le troisième, Éric Moussambani, représentant la Guinée-équatoriale, porte un slip de bain des plus modestes (dont le cordon, par ailleurs, pend négligemment sur le devant puisqu’il n’a pas été correctement attaché), des lunettes à bas prix ajustées sur son front et court tête nue. Autant dire qu’il cumule les traits distinctifs de l’amateur. Le départ est donné. Deux candidats plongent – Moussambani reste figé sur son plot – mais ils sont immédiatement rappelés aux ordres car ils ont commis un faux départ.
La sanction tombe, ils sont éliminés. Éric Moussabani s’élance donc seul.
Débute alors une véritable épopée sur 100 mètres. Très rapidement, on s’aperçoit en effet que ce compétiteur de Guinée-Équatoriale est réellement un amateur ; sa technique est des plus approximatives, ses mouvements des pieds et des bras sont désynchronisés, il nage la tête hors de l’eau.
La foule exulte, debout, dans un stade où des sentiments confus s’entremêlent, entre éclats de rire et applaudissements, devant ce concurrent dont le premier exploit est, apparemment, de ne pas avoir coulé. Son succès public est immédiat, les télévisions se le disputent, on loue les vertus de l’olympisme, l’abnégation et le courage de ce nageur incompétent qui a frôlé l’épuisement ou la noyade – mais aussi, et non sans condescendance, sa simplicité et sa naïveté.
Il a créé (et non pas battu) deux records olympiques en même temps et de surcroît absolument contradictoires : celui du 100 mètres nage libre le plus lent de l’histoire des jeux olympiques modernes, et celui du 100 mètres nage libre olympique le plus rapide de l’histoire de son pays.
Cette vertigineuse inversion de la valeur des temps, cet incroyable renversement qu’il opère rend sidérante, et burlesque sa performance. Moussambani, s’il ne sait pas nager vite, par le bénéfice de ce double record, transforme son incompétence en savoir faire absolu. L’essentiel est de participer, d’autant plus si l’on n’a rien à y faire ou si on ne vous l’a pas demandé.
Le principe de l’invité surprise devenant le grain de sable qui enraye la machine en son entier tient bien dans cette formule améliorée (on pense à Peter Sellers dans The Party). C’est celle du trop-plein dans le nombre (qui s’applique aussi bien aux règles du sport qu’à celles de la bienséance sociale), lorsqu’elle se manifeste par un excès du non-savoir dans le savoir, et qu’elle introduit par conséquent une logique dans une autre.

Extrait de l’introduction au numéro spécial d’Artpress consacré au burlesque, écrit par Christophe Kihm

Les Décalés, l’animation qui vous fait des faux

« les prestations des Décalés assurément surprennent ! Quel que soit le format de l’événement, séminaires, réunions, soirées de gala ou anniversaire, Les Décalés ont l’art de faire vivre un événement créant des animations sur mesure.

Imaginez dans un palace un directeur un peu sourd, une soubrette qui ne voit pas très bien, un groom atteint de narcolepsie et un maître d’hôtel sourd qui interviennent à la pause déjeuner d’une réunion pour sensibiliser les collaborateurs à la question du handicap. Ou quelle surprise pour le public quand il fait connaissance des Lechmikullis, une troupe de quinze danseurs et musiciens venus d’ailleurs ! Ils sillonnent les routes pour perpétuer les coutumes et les traditions de leur pays. Malheureusement, un accident survenu dans les gorges de l’Ardèche réduit la troupe à trois personnes. Celles-ci vêtues de costumes haut en couleur vont quand même assurer le spectacle à la fois drôle et émouvant ponctué par des échanges avec le public. »
Magazine l’Événement